En prépa ECG, les mathématiques occupent une place centrale et sont considérées comme l’une des matières les plus importantes pour intégrer une grande école de commerce. Abstraites, complexes, rigoureuses ou encore élégantes et fascinantes, les mathématiques peuvent très vite devenir ton atout phare comme ton pire cauchemar ! Je m’appelle Baptiste Ragu et j’ai intégré HEC Paris en 2021 avec un 20/20 en mathématiques. Originaire d’un lycée médiocre de banlieue parisienne, je n’étais pourtant pas vraiment destiné à cette réussite aux concours… Cette note est donc le résultat d’un travail intense de deux années semées de difficultés, que je vais te partager ici. Depuis, j’ai pris de la hauteur sur les mathématiques en classes préparatoires en accompagnant plus d’une vingtaine d’élèves vers la réussite en mathématiques. Dans cet article, je m’appuie sur mon expérience de préparationnaire, d’étudiant à HEC Paris et celle de professeur particulier pour te partager les secrets qui m’ont permis d’exceller en mathématiques.

Quelles spécialités choisir en terminale pour une prépa ECG ?

En classe de première, il est nécessaire que tu conserves les mathématiques pour maximiser tes chances de réussite sur Parcoursup, mais aussi une fois arrivé en prépa. Je te conseille également de choisir la spécialité SES ou bien Histoire-Géographie (ou les deux !) qui seront en adéquation avec le choix d’une classe prépa ECG. Le troisième choix de spécialités ne sera à priori pas déterminant sur Parcoursup, mais je te conseille de choisir une spécialité orientée sur les langues étrangères ou sur les humanités, afin de couvrir l’ensemble du spectre de disciplines que tu approfondiras en prépa ECG !

En terminale, la conservation des mathématiques est aussi une nécessité. Ces six heures de mathématiques poseront les bases des notions que tu aborderas au cours des deux ans de classe préparatoire ECG. Elles te permettront aussi de confirmer ton goût pour les mathématiques et donc ton choix d’orientation. Je te conseille ensuite de garder la spécialité SES ou Histoire-Géographie si choisie en première. Si tu n’avais pas l’une de ces deux matières, privilégie les langues vivantes ou les humanités. L’option mathématiques expertes est également recommandée, en particulier pour poursuivre en « maths approfondies » en prépa ECG (voir ci-dessous). Cette option te permettra en effet de développer ton appétence pour les mathématiques et certaines logiques de raisonnement, même si tu ne retrouveras que les matrices en classe préparatoire ECG.

Parcoursup : Que regardent les classes préparatoires ?

Les classes préparatoires reçoivent des centaines voire des milliers de candidatures. Elles utilisent donc différents indicateurs pour « classer » les dossiers. Le premier d’entre eux est le choix de spécialités mentionné précédemment : Les maths ainsi que les SES/Géopolitique sont un atout majeur. Ensuite, les autres indicateurs sont le classement dans la classe pour chaque matière, les notes, le lycée d’origine (un bonus ou malus est souvent donné au dossier en fonction du taux de mention TB du lycée au bac), les appréciations, etc.

C’est là que le choix de l’option maths expertes peut être un avantage comme un handicap : une mauvaise moyenne dans cette option peut être mal vue sur un dossier. Cependant, peu importe tes notes, ne te censure surtout pas ! On entend trop souvent parler d’un prétendu « algorithme » de Parcoursup qui discriminerait les élèves aléatoirement, ce n’est pas le cas ! Les professeurs classent attentivement les dossiers et une très bonne prépa peut repérer ton potentiel. Personnellement, j’ai été pris assez tard à Janson (mi-juillet, après la fermeture de la première phase de Parcoursup). J’ai hésité à y aller par peur d’être dernier de classe. Finalement, j’ai cru en moi et j’étais même premier de classe dès le second semestre de première année !

Parcoursup : Prépa scientifique ou prépa ECG ?

Plusieurs éléments sont à prendre en compte pour ce choix. Avant même de connaitre la prépa, je voulais personnellement faire une carrière en informatique. J’ai finalement renoncé car je n’aimais pas la physique et la SVT… ce type de considérations doit être pris en compte ! Il faut faire ce que l’on aime pour exceller. Cela dit, il faut bien réaliser que ces deux prépas ne mènent pas du tout aux mêmes écoles. Les écoles d’ingénieurs, outre les « meilleures » (l’X ou Centrale Supélec par exemple) sont souvent spécialisées (ex : ENSAE autour des statistiques), là où les écoles de commerce sont plus générales. Quoiqu’il en soit, en fonction de l’école que tu obtiens, tu pourras probablement compléter ta formation via les doubles diplômes. L’important est donc de comprendre quelles sont tes passions pour savoir où tu pourras le plus exceller en prépa. Pour se faire, il faut bien avoir en tête les différences en terme de volumes horaires et de matières entre les prépas scientifiques et prépa ECG : 12h de maths en prépa MSPSI contre 8h en ECG maths appliquées. Tu peux trouver des infos sur les prépas scientifiques sur les liens disponibles en bas de page.

Maths appliquées ou maths approfondies ?

Une fois ton orientation fixée sur la prépa ECG, tu devras réaliser deux choix qui détermineront ta filière exacte :

  • « Mathématiques Appliquées » ou « Mathématiques Approfondies »
  • « Géopolitique » ou « Économie, Sociologie et Histoire du monde Contemporain »

Le premier de ces deux choix déterminera le nombre d’heures de mathématiques (10h en maths approfondies contre 8h en maths appliquées) que tu auras en prépa, le contenu de tes cours de maths et les coefficients des épreuves de mathématiques aux concours.

Les mathématiques appliquées sont davantage destinées aux profils équilibrés entre les différentes matières ou bien à ceux pour qui les mathématiques ne sont pas un atout (sans être un handicap majeur). Les coefficients aux concours en mathématiques appliquées sont plus faibles qu’en maths approfondies (à HEC , 7 contre 10 en approfondies). Une différence majeure réside cependant dans le coefficient de l’épreuve de culture générale (dissertation de philosophie). En effet, le coefficient de cette épreuve est de 6 pour les maths appliquées contre 4 en maths approfondies. Cela peut donc être un handicap si tu n’as pas une âme très littéraire… L’informatique est aussi davantage mis en avant. Il est important de retenir que cette filière reste exigeante et donne accès à toutes les écoles.

Les mathématiques approfondies sont idéales si tu as un goût très prononcé pour les mathématiques, que tu te sens capable de dépasser rapidement le programme de terminale et que tu veux que ta classe préparatoire soit principalement orientée autour des mathématiques. Pour maximiser tes chances de réussite et d’intégration dans cette filière, il est aussi préférable que tu aies fait l’option mathématiques expertes en terminale. Si tu comptes coupler les maths approfondies avec l’ESH, il faut aussi prendre en compte le fait que la charge de travail sera plus importante. Voici le tableau des coefficients par filière à garder en tête :

Est-il possible de changer d’option de maths une fois en prépa ECG ? Il est a priori possible de changer de filière entre ta première et ta deuxième année de classe préparatoire. Ce choix peut par exemple s’avérer stratégique si tu es en maths appliquées et que les maths sont un gros point fort ! C’est un choix que j’aurais personnellement aimé faire du fait de mon appétence pour les maths et l’éco… Néanmoins, cela sera plus facile si le lycée dans lequel tu fais ta classe préparatoire propose les deux options. Autrement, tu devras changer d’établissement. Aussi, il convient de réaliser le travail supplémentaire que cela pourrait représenter pendant les vacances. Si tu passes de maths approfondies à maths appliquées, tu devras notamment rattraper les chapitres sur les graphes et les équations différentielles.

Comment préparer la rentrée en classe préparatoire ECG ? (Année de terminale et vacances d’été)

Pour moi, l’arrivée en classe préparatoire c’était le saut dans l’inconnu…  j’ai donc tout fait pour amortir la chute ! Je n’avais jamais vraiment lu de livres avant la prépa en philosophie comme en économie. J’avais très peur d’arriver en étant dernier de classe, surtout en ayant été accepté relativement tard en prépa parisienne (vers mi-juillet). Il fallait donc rapidement trouver un équilibre afin de profiter des vacances tout en arrivant prêt en septembre. En mathématiques, je me suis focalisé sur la consolidation du programme de terminale. J’ai commencé par regarder les chapitres au programme en 1ère année de classe préparatoire (voir lien en bas de page) afin d’orienter mes révisions. Il est aussi essentiel que tu t’entraines au calcul. Pour se faire, ton (futur) professeur te proposeras peut-être un livret d’exercices. Si ce n’est pas le cas, je te conseille le livre de calcul réalisé par des professeurs de classes préparatoires (focalise-toi bien sur les attendus de ta filière) disponible en bas de page. Depuis que je suis professeur particulier, j’ai orienté plusieurs étudiants qui avaient peur de leur niveau en mathématiques à l’entrée de la prépa. Pour moi, réaliser 1h de calcul par jours sur le cahier d’entrainement fait une réelle différence. Tu peux ensuite programmer 1h à 2h par jours pour faire tes révisions de terminale et faire les exos donnés par ton prof. S’il ne t’en a pas donné, je te conseille de chercher sur internet les livrets d’exercices donnés par des profs d’autres prépas à leurs élèves. La régularité est extrêmement importante. Personnellement, ce travail régulier pendant les vacances m’a permis de commencer 12ème en maths à Janson avant de monter progressivement… et de rattraper les anciens élèves de lycées parisiens !  De même, un de mes élèves venant d’un lycée de province a commencé 10ème de sa classe à Franklin grâce à ce travail de 2/3h par jours en maths pendant les vacances, avant de passer premier de classe aux alentours de janvier. Évidemment, il faut t’accorder au moins 2 semaines de total break pendant ces vacances d’été, mais je te conseille de faire ce break en juillet de préférence pour tranquillement monter en puissance en aout jusqu’à la rentrée !

Comment travailler les mathématiques en prépa ECG ?

Comment travailler les mathématiques ?(Apprentissage du cours, exercices, annales)

Comment organiser son travail en maths ?

Je te conseille de mettre en place très rapidement des emplois du temps précis qui te permettront d’aborder sereinement tes journées, de maitriser ton temps et de te donner une ligne directrice pour ta journée. En mathématiques, la régularité est clé. Je te conseille d’organiser des séances de 2h à 3h par jours. Chacune de ces séances doivent être thématiques (par chapitre par exemple) et diviser en deux temps : apprentissage du cours (en l’apprenant et en le récitant sur une feuille blanche, en le fichant si nécessaire) puis un temps d’exercices.

Différents types d’emplois du temps sont possibles, tu en trouveras quelques-uns ci-dessous.

Mon emploi du temps en prépa :

Comme tu peux le voir, cet emploi du temps peut paraitre relativement strict. Pour moi, il s’agit du meilleur moyen de maîtriser son temps, enjeu clé de la prépa. Évidemment, je réalisais des ajustements sur le tas, et je prenais des temps de pauses supplémentaires entre les matières. Mais cet EDT me donnait une ligne directrice à suivre. Comme tu peux le voir, on retrouve les séances de 2/3h en mathématiques par jour. Cet EDT a été réalisé pendant la période Covid, les activités sportives étaient donc limitées à mon plus grand désespoir…

Je te conseille de t’accorder un créneau d’au moins 2h par semaine de sport, il faut s’aérer l’esprit !

Les EDT journaliers d’Augustin :

Augustin, l’un de mes tous premiers élèves aujourd’hui étudiant à l’ESCP, optait pour sa part pour des EDT journaliers qu’il faisait la veille. L’avantage de cette méthode est évidemment sa flexibilité : il adaptait ses tâches en fonction de son travail de la journée et était moins « contraint » par son EDT. Néanmoins, cette forme d’EDT ne permet pas d’avoir une visibilité sur l’ensemble de la semaine et peut donc plus facilement conduire à la sensation d’être débordé par le travail. Il faut donc trouver la méthode d’organisation qui te correspond le mieux parmi ces différentes possibilités. Dans le cas d’Augustin, le simple fait de se mettre à faire des EDT la veille de chaque jour lui a permis de progresser dans toutes les matières. Il a commencé à le faire vers février de première année et a réussi à gagner 12 places dans le classement de sa classe au fil du semestre. Surtout, cette routine des EDT journaliers lui a permis d’acquérir une régularité dans le travail qui a contribué à sa réussite !

L’EDT d’Anaïs en ECS :

Voici un EDT d’une ancienne étudiante en ECS maintenant à HEC Paris.

Il s’agit d’un EDT pour la période de révision. On note l’importance donnée aux maths, ce qui est cohérent avec la filière ECS. On note aussi la « régularité » des horaires : les maths le matin, la géopo l’aprem. L’avantage de cela est de donner une certaine « habitude » au cerveau, ce qui peut s’avérer efficace. Personnellement, je préférais alterner car je savais que j’étais plus productif le matin. A toi de voir ta préférence ! Les temps de pauses clairs sont aussi une bonne chose pour s’accorder un break. Un point commun avec le mien, c’est d’arrêter de travailler tôt, pour bien dormir, ce qui, à à mon sens, est un élément clé !

Comment apprendre son cours en maths ? (Méthode de la page blanche, ficher son cours, Anki, etc).

Contrairement au lycée, où tu pouvais parfois te contenter d’appliquer des « recettes de cuisine », en prépa seule une connaissance très fine du cours te permettra d’exceller. N’hésite pas à relire ton cours le soir même d’une journée où tu as eu cours. Il faut que tu sois capable de réciter chaque théorème et propositions de cours parfaitement.

Cela ne signifie pas avoir une vague connaissance des résultats, il faut être capable de manipuler les quantificateurs, connaitre toutes les hypothèses de la proposition/théorème et un exemple d’application. C’est là que la méthode de la page blanche intervient. Après avoir relu attentivement ton cours et essayé de te le réciter dans ta tête, je te conseille de prendre une feuille blanche et de réciter chacun des résultats du chapitre en question. Ne t’arrête pas d’apprendre ton cours avant d’être capable de le faire parfaitement. Il faut aussi chercher à comprendre les démonstrations de cours avant de passer aux exercices. Comprendre une démonstration, ce n’est pas forcément savoir la réciter par cœur. Il faut simplement retenir les points clés, les idées, les astuces de démonstration, les voies de recherches que l’on ne peut pas choisir d’emprunter sans avoir vu le résultat. Personnellement, je déconseille l’utilisation d’Anki du fait de l’importance d’écrire et de réécrire les choses en maths ! Une fois ce travail réalisé (qui prend entre 1h et 2h, selon ton « expérience » du chapitre, si tu as déjà ficher ou non), tu es fin prêt pour débuter les exercices !

Comment travailler efficacement les exercices ?

Tu maîtrises le cours, il est maintenant essentiel de t’exercer. Pour se faire, commence d’abord par les exercices de TD proposés par ton professeur. Tu dois absolument arriver en cours en ayant au moins essayer de traiter les exercices que ton professeur compte corriger en classe. Écouter ou lire passivement une correction ne sert à rien, c’est une des erreurs que je faisais au début de 1ère année, il faut absolument éviter cela. Il faut au contraire chercher l’exo, même si tu ne le réussiras pas toujours, pour développer les bons réflexes de raisonnement avec le temps. Une fois ces exos traités, tu pourras compléter cela avec les autres ressources et les annales (voir ci-dessous).  Essaie de bien remarquer les différentes utilisations des résultats de cours. Aussi, lors de la correction, note bien la rédaction proposée par ton prof qui sera celle que tu devras retenir. Tu peux aussi retrouver plus de détails dans la vidéo Youtube ci-dessus !

Quels sont les enjeux des chapitres de probabilité et des chapitres sur les variables aléatoires en prépa ECG ?

En prépa ECG, on distinguera les probabilités discrètes des probabilités à densité. Dans un exercice de variables aléatoires, il est impératif que tu prennes ton temps sur la partie modélisation. Cette partie consiste à traduire l’énoncé à l’aide d’événements mathématiques. Il faut d’abord formaliser l’énoncé à l’aide d’évènements pour ensuite passer aux probabilités. C’est là que tes connaissances calculatoires entrent en jeu ! Il faut d’une part connaitre les théorèmes classiques (formule des probas totales, théorèmes de convergence monotone en proba, formule de transfert, etc.) et ensuite appliquer ce que tu connais sur les sommes et les séries pour le cas discret, ou sur les intégrales pour le cas à densité. Les lois discrètes et à densité usuelles doivent être impérativement connues ! Cela signifie connaitre par cœur les supports, l’espérance, la variance, une densité et la fonction de répartition (dans le cas à densité) de ces lois. Il faut aussi comprendre le fonctionnement de ces lois usuelles ainsi que les situations classiques dans lesquelles elles apparaissent.

L’analyse en prépa ECG

Il faut que tu cernes rapidement les différents enjeux de cette partie du programme. D’une part, il faut être calé sur l’analyse des fonctions. Il faut impérativement que tu saches répondre à toutes les questions sur les fonctions : montrer la continuité/dérivabilité en un point, sur un intervalle, savoir étudier la convexité, résoudre des inégalités à l’aide de la convexité, etc. Ensuite, on remarquera les exercices classiques autour des fonctions définies par intégrales, des séries et des suites. Il est important que tu saches faire le pont entre les enjeux d’analyse et tes chapitres de probabilités ou d’algèbre.

L’algèbre en prépa ECG ( Matrices, Algèbre linéaire, Algèbre bilinéaire)

L’enjeu du début de la première année est de maitriser les matrices et les bases de l’algèbre linéaire. En particulier, il faut absolument qu’à la fin de ta première année tu saches répondre aux questions classiques du type : comment montrer qu’un ensemble est un espace vectoriel ?, comment montrer qu’une application est linéaire ? , etc. Je te conseille aussi de te forcer à faire des raisonnements sur des espaces vectoriels de suites, de fonctions, de polynômes dès la première année. Pendant les vacances, consolide ces bases pour aborder sereinement la diagonalisation et découvrir l’algèbre bilinéaire si tu es en maths approfondies.

Quels manuels utiliser en maths pour progresser et exceller ?

Selon tes ambitions, ton niveau et le lycée dans lequel tu fais ta classe préparatoire, les ressources à utiliser vont varier. D’abord, il faut souligner que les professeurs en classes préparatoires font souvent un excellent travail, il faut donc débuter par l’apprentissage de leur cours et de leurs exos. Je te conseille de compléter ces exercices avec le super livre de Sylvain Rondy (Editions Elipses), efficace en première année et pour préparer EDHEC/EM.

Pour moi, un des points négatifs de ce manuel est qu’il ne va pas assez loin, notamment sur l’algèbre de première année. De manière générale, il ne faut pas, à mon sens, s’en contenter pour viser les parisiennes. On peut aussi mentionner le manuel « A vos maths : 20ans d’annales EDHEC » souvent utilisé. Ce n’était pas mon cas car je pense que les corrigés fournis par l’EDHEC sont suffisants (en cas de doute sur une correction, il suffit de demander à son professeur) ; néanmoins, le format « livre » papier peut être apprécié par certains.  Ensuite, tu peux chercher des exercices plus théoriques sur des sites tels que Bibmaths ou Progresser en Maths. Enfin, en 2ème année, tu pourras te frotter à des exercices d’oraux dont le format court permet de travailler efficacement pour les écrits également. Les fiches méthodes proposées sur le site ainsi que les autres articles sont également là pour toi ! Tu peux aussi retrouver différents liens utiles à la fin de l’article.

Comment aborder les annales en mathématiques ?

En première année, Je te conseille de commencer le travail sur annales dès mars/avril en ciblant les exercices en fonction du chapitre traité en cours. Il n’est pas nécessaire de réaliser l’annale en 4h, il vaut mieux cibler ton apprentissage. L’idée est de commencer à comprendre comment sont utilisés les résultats de cours dans des exercices de concours. Tu remarqueras que les applications dans les annales reviennent souvent, il faut donc rapidement prendre ces automatismes de rédaction ! Ce travail sur les annales EDHEC/EM doit s’intensifier pendant les vacances entre la première et la deuxième année. Il est difficile de déterminer un temps précis pour les annales étant donné que cela dépend de la taille de l’exercice sélectionné. L’important est de se forcer à chercher chaque question au moins 5/10mn. Une fois toutes les questions de l’exercice tentées, tu peux passer à un temps de correction. N’hésite pas à ficher dans un carnet les « astuces » que tu n’aurais pas pu deviner mais qui étaient nécessaires pour avancer. Force-toi également à rédiger au maximum tes réponses, comme si tu passais le concours.

Dès le début de la 2ème année, je te conseille de commencer à regarder des sujets type parisiennes. Les exercices d’algèbre au début des annales ECE sont souvent intéressants, par exemple (cf. HEC 2016 Maths I ECE, HEC 2014 Maths I ECE, etc.) Ce travail sur les annales parisiennes va s’intensifier au fur et à mesure. Il est très important de ne pas se décourager face à la difficulté des sujets. Sur chaque nouveau chapitre, commence par te familiariser avec les raisonnements classiques présents dans les annales EDHEC/EM, puis aborde ensuite les sujets de parisiennes. C’est particulièrement nécessaire pour les chapitres sur les fonctions à plusieurs variables et l’estimation où les notions seront assez nouvelles.

Comment aborder les épreuves de mathématiques aux concours ? (Parisiennes, EDHEC, EM Lyon, Ecricome)

La période de révisions

En général, cette période commence officiellement deux à trois semaines avant le début des concours. Il s’agit d’un moment clé, tu commences à avoir une bonne maitrise du cours, c’est le moment de comprendre les liens entre les différents chapitres et de prendre de l’aisance ! Tu dois d’abord t’assurer de varier les plaisirs, passer de l’algèbre aux probabilités en revenant sur du python. Ensuite, je te conseille de distinguer deux types de séances de révisions : celles où tu revois ton cours, tes démonstrations et tes exos de TD, puis celle où tu travailles sur des annales type parisiennes. La difficulté n’est pas la même, mais il faut absolument alterner entre ces deux types de séances. N’oublie pas de t’entrainer à l’épreuve Maths II en faisant quelques annales. Il s’agit d’une épreuve au format particulier qui compte pour beaucoup d’écoles, dont je te conseille la lecture du rapport de jury disponible en fin de page.

Gaëtan, l’un de mes amis d’HEC, n’avait jamais fait d’épreuves de ce type en DST au cours de ces deux premières années de prépa. Malgré un excellent niveau en maths, il n’a donc eu « que » 13/20 à cette épreuve en carré. Un focus sur cette épreuve en cube lui a permis de comprendre la logique cachée, l’enchainement des questions, la nécessité de se laisser porter par le sujet souvent mentionné dans les rapports et a réussi à obtenir un joli 18/20 en cube !

Les épreuves de mathématiques Ecricome, EDHEC, EM Lyon

Pour préparer spécifiquement ces épreuves, le Rondy fournit déjà une base très solide mais il doit être complété par un travail important sur les annales. En effet, les épreuves EDHEC/EM sont assez répétitives et maitriser les annales des 10 à 20 dernières années devrait t’assurer une réussite le jour j. Je te conseille de ne pas totalement délaisser les annales de parisiennes qui te permettront de ne pas tomber dans les « automatismes » qui peuvent être construits à travers les annales EDHEC notamment. Cela te permettra aussi de réussir les quelques questions un peu plus exotiques qui se cachent dans ces sujets et qui rapportent beaucoup de points. En terme de format, je pense qu’il est préférable de commencer par la partie exercices puis de se pencher sur le problème. Commence l’épreuve par 5mn de lecture du sujet, et n’hésite pas à annoter les questions « simples » (récurrence, « en déduire », etc.) du problème que tu pourras traiter en priorité pendant la dernière heure.  Pour une épreuve EDHEC, tu peux ainsi garder ces étapes en tête :

  • Lecture de l’intégralité du sujet et annotation des questions connues/évidentes/ « en déduire » : 5mn
  • Exercice 1 : 45mn-1h
  • Exercice 2 : 45mn-1h
  • Exercice 3 : 45mn-1h
  • Problème : Reste du temps
  • 5mn de relecture, correction des fautes d’orthographe, s’assurer que les résultats sont encadrés

Les épreuves de mathématiques aux Parisiennes (HEC, ESSEC et ESCP)

Les épreuves de parisiennes sont souvent redoutées et sources de stress pour les préparationnaires. Tu dois t’efforcer de te frotter à ce type d’épreuves pendant ta période de révisions. Cependant, sache que tu ne te sentiras jamais totalement prêt pour aborder une épreuve de parisiennes, c’est normal ! Le jour J, au début de l’épreuve maths I, je te conseille de commencer par lire le sujet en entier, de te rassurer en reconnaissant certaines questions que tu connais, de repérer les parties plus simples. Tu dois ensuite te plonger dans le sujet, essayer de comprendre où le correcteur veut t’emmener question après question. Surtout, n’oublie pas qu’il ne faut rien inventer : la réponse découle d’un résultat de cours, ou des résultats démontrés précédemment. On peut noter que certains résultats de cours sont particulièrement importants pour ces épreuves. Le théorème de convergence monotone en probabilité et son corolaire, les différentes versions du théorème de transfert, la définition de la limite… ces classiques reviennent souvent ! On peut ici mentionner le sujet Maths I HEC 2019 ECE où le théorème de transfert revient très (très) souvent.  Réserve la dernière heure d’épreuve pour traiter les questions « simples » repérées au début. N’oublie pas de te relire et d’encadrer tes résultats. Il convient aussi de se rappeler que le 20/20 est souvent atteignable en traitant parfaitement 50% à 60% du sujet. Personnellement, j’ai réussi à accrocher un 17/20 à maths I en ne traitant quasiment pas la partie III et en ayant surement un bon nombre d’erreurs sur les deux autres parties. J’étais persuadé de ne pas dépasser 12/20, il ne faut donc pas se décourager !

Dans cet article, je me suis efforcé de couvrir l’évolution des méthodes de travail et d’apprentissage en mathématiques, de la terminale aux écrits d’HEC. Ce chemin sera certainement pour toi aussi semé de doutes. Dans ces moments difficiles, il conviendra de prendre du recul sur ton travail, te détendre, faire du sport, voir ceux qui te sont chers, pour ensuite réaliser le chemin parcouru. Tu pourras en être fier, puis tu trouveras la motivation pour continuer à t’épanouir sur le chemin de la connaissance et du savoir, car cela te mènera à des horizons illimités de réussite et de satisfaction personnelle.

Les liens et ressources utiles :